Compte-rendu AMAP St André de Cubzac

AMAP Les Jardins du Cubzaguais, réunion de rentrée, 10 septembre 2006

Réunis le dimanche 10 septembre 2006, après un bilan de fonctionnement de l’été, (très positif pour les légumes !) un repas pique-nique abondant et convivial, nous nous sommes répartis en 3 commissions autour de sujets qui revenaient régulièrement dans le groupe. Nous avons choisi d’y réfléchir tout au long de l’année.

- Le foncier (achat de terres)

- Consommer, se nourrir autrement, c’est possible (cagette pour tous)

- Ecole et alimentation de qualité

 


COMMISSION FONCIER


- Nous sommes partis d’un certain nombre de constats :

L’AMAP a pour objet de permettre à un agriculteur de vivre normalement de sa production. Cela signifie pouvoir approvisionner environ 50 familles, c’est à dire concrètement acheter du terrain. L’AMAP ne peut pas le faire seule, il faut s’associer.

Il convient de dissocier la « cagette », du foncier, que l’achat du terrain ne soit pas obligatoire pour les adhérents de l’AMAP et inversement qu’un non-adhérent de l’AMAP puisse acheter du terrain pour aider un agriculteur AMAP.

- Une association sous quelle forme ?

Le GFA (Groupement Foncier Agricole) a été écarté, ne concernant pas le Bâti. Une SCI (Société Civile Immobilière) serait adaptée, SCI territoriale couvrant la Gironde et regroupant toutes les AMAP qui seraient porteuses d’un projet commun. Une idée à creuser : la Fondation.

- Des questions à débattre :

Sur le statut de l’agriculteur : fermier, métayer, propriétaire-porteur de parts ?

Sur le contrat passé avec l’agriculteur, avec l’adhérent AMAP dans le cadre de la SCI

Sur le lien entre l’AMAP et la SCI.

- Des moyens à mettre en œuvre :

Regrouper les AMAP de la Gironde pour un dossier commun.

Travailler avec des techniciens et des juristes

Le CIVAM mène actuellement des recherches sur le de venir des terres Bio des agriculteurs de plus de 50 ans : il serait intéressant de faire des études des terres disponibles autour de ces exploitations

Le CIVAM peut aider financièrement pour les dossiers en cours et aider à établir un

dossier de demande de subvention pour l’Europe. Subvention qui peut aller jusqu’à 22000€

Le 13 octobre, l’AMAP de Pessac fait venir la SCI d’Ile de France. Chaque AMAP peut participer, puis réfléchir. On peut ensuite prévoir une rencontre de toutes les AMAP de Gironde intéressées par le foncier.

 



COMMISSION "SE NOURRIR AUTREMENTC'EST POSSIBLE ...

 

Une autre idée forte de l’AMAP est de permettre à tous d’avoir accès à une alimentation de qualité, quelque soit son revenu.

Il nous a semblé essentiel de ne pas perdre de vue que l’AMAP a pour mission de promouvoir l’Agriculture Paysanne Locale, donc de soutenir un producteur qui doit vivre décemment.
Quelques idées nous sont donc venues après ce premier point, incontournable pour nous.


1) Un grand nombre de « cagettes » permettrait à nos productrices une baisse du coût de la cagette. Leur projet est donc d’agrandir leur terrain pour augmenter leur production.

2) Un calcul d’un prix unique, incluant les charges et les coûts de production divisés par le nombre de familles(environ 50, actuellement 26), permettrait un prix plus bas.

3) Une idée d’aide financière ou de soutien a été rejetée par les consommateurs qui ne veulent pas « la charité ».

4) Idée de travailler le changement de comportement et d’habitudes de consommation et d’alimentation. Peut-être que vouloir changer un système et faire des choix de société à long terme,

Cela coûte !!!

5) peut-être que l’AMAP doit également militer contre la mal-bouffe, faire de « l’éducation alimentaire »…

6) Penser à des parcelles familiales où le citoyen peut redevenir autonome par rapport à son alimentation, en parallèle avec l’AMAP…

 

 


COMMISSION ÉCOLE ET ALIMENTATION DE QUALITÉ

 

L’AMAP de SAINT ANDRE ne peut pas être fournisseur d’une cantine scolaire, avec des productrices qui démarrent.

Une AMAP pourrait fournir des cantines scolaires, si c’était son objectif, fixé dès le départ. En association avec un ou plusieurs producteurs, dans le cadre de réinsertion au travail agricole…

Nos capacités actuelles sont une sensibilisation à des menus « produits de saison, locaux, Bios », comme une animation ponctuelle.


Pour cela nos actions seront :

  • De récupérer les infos sur des départements où cela marche (Bègles, Gard ou Var) pour démonter que c’est possible malgré les règles draconiennes en « sanitaire et réglementations »

  • D’utiliser les entrées et connaissances (sur lycée) afin de stimuler une animation trimestrielle sur les produits de saisons Bio.

  • Production d’un document écrit sur le projet pour contacter les autorités compétentes. Un apport de l’association est possible pour sensibiliser les jeunes à l’alimentation de produits Bios à la cantine et pour aider à trouver des producteurs.

 

 

Dernière mise à jour : ( 09-10-2006 )